“Pour Faire Bref !” n°129

21 décembre 2016

image

2016 se termine. Sous le sapin, pas de cadeaux mais de nombreuses interrogations sur la manière dont les dossiers en cours de discussion ou de négociation atterriront en 2017. De nombreuses questions également sur ce que “demain” nous réserve…

À maints égards, 2016 ne fut pas une année comme les autres… Une année à la fois intense et grave : la montée des extrémismes, l’euroscepticisme et le populisme grandissants, les guerres et leurs lots de victimes, de déplacements de population, de destruction d’écosystèmes et de patrimoines culturels, la dérégulation des marchés au nom des diktats du libre-échange (TTIP, CETA, …), etc.

Les inégalités socio-économiques, éducatives et culturelles n’ont jamais été aussi criantes. Le détricotage de socles de notre système de sécurité sociale se poursuit de façon accélérée au nom des sacro-saintes compétitivité, croissance économique et austérité. Face à ce détricotage, la mesure du tax shift est présentée comme une soupape alors qu’il est permis de se demander si cette mesure créera véritablement “l’effet retour” escompté en termes de nouveaux emplois dans le secteur marchand.

2016 se termine sans que nous puissions espérer dans l’immédiat des lendemains qui soient meilleurs en 2017…

Se retrousser les manches, poursuivre avec acharnement nos actions essentielles, agir “collectif” et penser “solidaire”, résister aux chants des sirènes qui nous invitent à abandonner, à procrastiner, à ne plus s’interroger, à accepter l’inacceptable, à ne penser qu’à soi… Les défis à relever, les enjeux de société sont extraordinairement importants : notre travail n’en est que plus légitime et indispensable à la survie de nos sociétés démocratiques.

La FESEFA, qui fêtait ses 25 ans cette année, a toujours défendu la position la plus haute pour les secteurs qu’elle représente. À quelque réunion que ce soit, nous avons toujours à l’esprit le dévouement et l’engagement qu’il y a derrière chaque action, chaque formation, chaque initiative citoyenne menées par nos membres. Certes, nous vous souhaitons le meilleur pour 2017 mais, plus encore, nous voulons vous dire un tout grand “merci” pour tout le travail que vous accomplissez au quotidien, si souvent avec des moyens dérisoires !