Actions

21 mars 2019

Défense du fait associatif

• Ouvrage collectif •

 Autonomie associative menacée – Des défis et ambitions pour garantir nos libertés

Couleur Livres, 2021

Face à des remises en question du principe de liberté associative constaté par la FESEFA et ses membres depuis plusieurs années, une réflexion collective autour de la défense du fait associatif a été entamée en 2018.

La défense du fait associatif et des corps intermédiaires est par ailleurs une des priorités générales de travail que s’est fixée la FESEFA en tant que fédération représentative du secteur de l’Éducation permanente.

Dans ce cadre, la FESEFA a publié en octobre 2021 – dans la foulée du centenaire de la loi du 27 juin 1921 sur les associations sans but lucratif, un ouvrage collectif consacré à l’autonomie associative.

 

• Interventions extérieures de la FESEFA •

 

Dossier : Quand politiciens et associations s’aimaient d’un amour vache. Les Intermittents du pouvoir. Alter Echos, n°500, février 2022

Intervention de Farah Ismaïli – Directrice de la FESEFA


Dossier : Un corps intermédiaire, une lutte en commun pour l’intérêt général. Sur le Chemin du Centenaire 1921 – Troisième partie : Engagement et professionnalisation, Carrefour des Cultures : « Associatif en Question », Pluricité n° 27, 2021

“Un corps intermédiaire, une lutte en commun pour l’intérêt général” – intervention de Farah Ismaïli – Directrice de la FESEFA


Dossier : Un syndicalisme au rythme du non-marchand. Sur le Chemin du Centenaire 1921 – Deuxième partie : On ne lâche rien !, Carrefour des Cultures : « Associatif en Question », Pluricité n°26,  2021

“Un syndicalisme au rythme du non-marchand” – intervention de Geneviève Mairesse – Conseillère EP  et Jennifer Neilz – Coordinatrice du pôle EP (FESEFA)


Débat (podcast):  Association : mi-lutte, mi soumise – Festival des Libertés, 2021

Intervention de Farah Ismaïli – Directrice de la FESEFA, dans le cadre d’un débat organisé par Bruxelles Laïque, à l’occasion du Festival des Libertés

Les relations de pouvoir, de contre-pouvoir, d’alliance et d’opposition traversent les associations depuis leur création. Les asbl sont traversées par les ambiguïtés, d’autant plus dans la mesure où leurs missions peuvent être portées par une délégation des services publics, tout en leur portant un regard critique. Comment ces paradoxes traversent-ils le champ associatif, en particulier celui de l’éducation permanente qui institue la critique ? Quelles limites et quelles opportunités peuvent susciter cette position singulière dans l’équilibre démocratique et politique ?


Entretien : Non à la mise en concurrence du secteur associatif !. Travail culturel, service essentiel – Un secteur professionnel sous pression. Politique – Revue belge d’analyse et de débat, n° 117, 2021

« Non à la mise en concurrence du secteur associatif ! » Entretien avec Farah Ismaïli – Directrice  de la  FESEFA et Mathieu Bietlot, coordinateur du Collectif21 et directeur de la Maison du Livre, 2021

 

• Le Collectif 21 se mobilise aussi pour la défense du fait associatif ! •

Le Collectif 21, dont la FESEFA est membre, est né de la volonté d’interroger l’identité du champ associatif à un moment crucial : 2021 – année centenaire de la loi sur les asbl (en voie d’abrogation) et par conséquent, à la veille de l’intégration des associations au sein du Code des Sociétés et des Associations (CSA). 

La démarche du Collectif 21 ? Fédérer temporairement un maximum d’associations, ainsi que des fédérations d’associations sensibles à la défense du fait associatif, pour interroger le sens contemporain des démarches collectives et tenter de redonner du sens et des perspectives citoyennes à l’acte de Faire association

Pour ce faire, le collectif 21 a co-produit un documentaire explorant le devenir de l’associatif “2121, Hypothèses, Associations” (une coproduction CVB et C21). Le collectif  s’apprête à également sortir un livre collectif  “100 ans d’associatif en Belgique… Et demain ? “ (en partenariat avec l’agence Alter).

 

Film : 2121, Hypothèses, Associations (Michel Steyaert)

Il y a peu, dans l’indifférence quasi générale, le cadre législatif qui organise le secteur associatif en Belgique depuis 1921 basculait dans une ère nouvelle, celle du Code des sociétés et des associations. Faisant ainsi de l’Association Sans But Lucratif d’aujourd’hui une entreprise comme une autre, ou presque

Dans un film choral, le Collectif21 et le CVB sont allés à la recherche de ce « presque », pour mettre en valeur et en perspective une dynamique associative au service du bien commun, porteuse d’émancipation et vectrice de transformations sociales.

À partir de différentes hypothèses, le film interroge les rapports des asbl aux pouvoirs publics, à la tendance à la marchandisation qui s’impose partout aujourd’hui et peut-être demain. 2121, ce sera dans 100 ans. Que va devenir l’associatif ? Quelles sont vos hypothèses ?

Pour consulter la bande annonce du film, cliquez sur ce lien ! 

 

Livre : Sortie à venir de l’ouvrage “Cent ans d’associatif en Belgique… Et demain ?” 

Un livre collectif coordonné par Mathieu Bietlot, Manon Legrand et Pierre Smet.

 

Éducation permanente et numérique

En mai et juin 2021, la FESEFA, en partenariat avec les CEMÉA et le collectif PUNCH*, a organisé une série de rencontres en ligne (Un an d’Éducation permanente à distance, et maintenant?) autour du vécu des associations d’EP en temps de COVID. Sur la base des retranscriptions des ateliers, Jean Blairon, philosophe et expert associé de l’asbl RTA, a rédigé une étude. Cette étude a été présentée et mise en débat lors d’une rencontre le 18 février 2022 à PointCulture Bruxelles.

*Culture & Démocratie, Gsara, ACMJ, La Concertation, La Maison du livre, Centre Librex, PAC, PointCulture, cfs.EP, Cesep


Étude  :« L’éducation permanente dans la crise sanitaire : quelle évaluation de sa relation au “numérique” »?, Intermag, 8 novembre 2021

Une étude réalisée par Jean Blairon (RTA).


Rencontre (lien vidéo) : “Bientôt deux ans d’éducation permanente sous Covid, et maintenant ?”, Rencontre à PointCulture Bruxelles, le 18 février 2022


Podcast : “Télétravail : À distance de l’essentiel ?”  Ébullitions de Bruxelles Laïque, épisode n° 1 à 3*, Anchor, mars 2022

1/3 Télétravail : À distance de l’essentiel ?  1/3 :  À hauteur de l’associatif

*Intervention de Jennifer Neilz – Coordinatrice du pôle EP à la FESEFA

2/3 Télétravail : À distance de l’essentiel ? 2/3 : Social-santé et numérisation, entre créativité et transgression

3/3 Télétravail : À distance de l’essentiel ? 3/3 : L’emplâtre associatif pour guérir la fracture ?

* Dans cet épisode, vous retrouverez des extraits de l’intervention de Jean Blairon (RTA), lors de la journée de réflexion collective qui s’est tenue le 18 février 2022 à PointCulture



En 2021, la FESEFA  fêtait ses 30 ans !

⇒ En cliquant ici, vous trouverez notre « coup de projecteur sur les intervenant·e·s » du 30e anniversaire de la FESEFA !

Le 8 octobre 2021, la FESEFA célébrait 30 années de représentation des intérêts des employeur·e·s, ainsi que sa première année en tant que fédération représentative du secteur de l’Éducation permanente.  Cette journée anniversaire s’est articulée autour de deux moments forts : une table ronde autour de l’autonomie associative, suivie d’un débat autour du changement de titre du décret EP.

 

Table ronde “Défendre les valeurs de l’autonomie associative : stratégies et perspectives face à des contraintes croissantes”


Dans la foulée du centenaire de la loi de 1921 vouée à être remplacée par “le Code des sociétés et des associations”, la FESEFA a décidé de remettre l’autonomie associative à l’honneur à l’occasion de son 30e anniversaire. Alors que certaines dispositions pourraient progressivement délégitimer l’action associative, cette rencontre dresse les enjeux actuels, appuyée par des réalités du terrain, ainsi que des clés d’analyse. Résolument tournée vers l’avenir, cette table ronde vise à réaffirmer les valeurs constitutives du fait associatif.

Cette rencontre s’inscrit dans le prolongement d’une réflexion entamée en 2018 par la FESEFA et ses membres, pour aboutir à la publication d’un ouvrage collectif : “Autonomie associative menacée – Des défis et ambitions pour garantir nos libertés”, publié aux éditions Couleur Livres en 2021.

Une table ronde animée par Geneviève MAIRESSE, conseillère EP à la FESEFA. Intervenant·e·s : Anne-Hélène HULLING – Secrétaire générale de l’Interfédé, Jacques MORIAU- chargé de recherche au CBS et Sylvie PINCHART – Directrice de Lire et Écrire Communauté française.

*Extrait de la captation vidéo de la table ronde disponible en ligne prochainement

 

Débat – “Développer l’action d’éducation permanente dans le champ de la vie associative : une réorientation en profondeur”


Actuellement, en Belgique francophone, plus de 280 associations sont reconnues en Éducation permanente. Si ces asbl ont choisi ce cadre de référence, c’est parce qu’elles souhaitent transformer la société, dans une perspective d’émancipation individuelle et collective de leurs publics, au départ de leur participation active et en développant leur expression culturelle.

En 2018, le titre du décret qui encadre ces associations évolue : la finalité du “soutien de l’action associative dans le champ de l’Éducation permanente”, se transforme en “développement de l’action d’Éducation permanente dans le champ de la vie associative”. Ce changement d’intitulé n’est pas cosmétique, puisque cette nouvelle dénomination appelle l’action d’éducation permanente à sortir de son secteur et à rayonner dans l’ensemble de la vie associative. 

Pour éclairer cette réorientation, la FESEFA  a organisé un débat autour de cette question le 8 octobre 2021, lors de l’événement anniversaire célébrant les 30 ans de la fédération – l’occasion de mettre en avant la nouvelle reconnaissance de la FESEFA en tant que fédération représentative du secteur de l’Éducation permanente.

Mais concrètement, comment cette évolution décrétale est-elle vécue par les acteurs concernés ? Afin d’enrichir ces échanges par des témoignages recueillis sur le terrain, le pôle EP de la FESEFA et le Clara asbl sont partis à la rencontre de trois associations/initiatives nous montrant comment l’action d’éducation permanente peut se manifester “hors-cadre”. Ces rencontre ont donné lieu à des capsules vidéos, en ligne prochainement.

Un débat animé par Sarah DE LIAMCHINE – Co-directrice du PAC.  Intervenant·e·s : Ariane ESTENNE  – MOC, présidente du CSEP, Bernard FUSULIER – Directeur de recherches du GIRSEF, Christine MAHY – Secrétaire générale du RWLP, Olivier VAN HEE  – Directeur/Coordination générale du SGIC

*Extrait de la captation vidéo du débat disponible en ligne prochainement

 

Partenariat avec PointCulture – “Révolte !”

Pour la saison 20/21, PointCulture (ex-Médiathèque) a proposé à Farah Ismaïli, directrice de la FESEFA, d’être rédactrice en cheffe invitée troisième numéro de leur nouvelle publication “Le Magazine”. La FESEFA a coordonné avec PointCulture la ligne éditoriale de ce numéro ; le thème mis en lumière est “Révolte !”. L’action d’éducation permanente y est développée et illustrée par une carte blanche collective, des interviews d’acteurs·trices de terrain, des portraits, des liens originaux entre collections et réflexions, des photographies inédites… en une centaine de pages.


Publication : “Révolte !”, Le Magazine n° 3, PointCulture, 2020-2021


Article : “L’Éducation permanente : s’associer librement pour (re)construire une société démocratique”,PointCulture, Focus, 2020

 Article rédigé par Geneviève Mairesse – Conseillère EP  et Jennifer Neilz – Coordinatrice du pôle EP (FESEFA)

 

Autres

Entretien : « Belle rencontre »  avec Farah Ismaïli, directrice de la FESEFA, Télévision du Monde, février 2021

« Belles rencontres » (Télévision du Monde), ce sont des acteurs engagés invités à prendre la parole pour partager leur expertise et leurs réflexions au sujet d’une thématique particulière, mais aussi des pistes de mobilisations individuelles et collectives. 

Dans cet épisode, le micro de TDM est tendu à Farah Ismaïli, directrice de la FESEFA .

Résumé : 

A l’heure où les systèmes économiques et politiques actuels ne cessent de montrer leurs limites et de créer des inégalités profondes, la culture et, plus particulièrement, l’éducation permanente permettent aux individus de se réapproprier leur pouvoir d’agir dans tous les espaces de la vie en société ce qui passe nécessairement par la déconstruction et la remise en réflexion critique des idées reçues et modèles établis.
Farah Ismaïli, directrice de la FESEFA (Fédération des Employeurs des Secteurs de l’Education permanente et de la Formation pour Adultes) aborde avec nous la puissance de l’action associative d’éducation permanente et son ancrage au plus près des gens. Véritables « corps intermédiaires », les associations constituent une vraie opportunité démocratique pour faire entendre la voix et les droits de tous les citoyens. Le secteur construit avec ses publics une parole, un discours qu’il transmet, toujours avec eux , vers les politiques ou qu’il transforme directement sur le terrain en actions ou en alternatives.
Et c’est là toute la radicalité de l’action d’éducation permanente : pointer collectivement la racine du problème et l’attaquer pour aboutir ensemble à une transformation profonde de la société et à la création de nouveaux droits.